Les mains vides - Maria Borrély Agrandir l'image

Le dernier feu - Maria Borrély

978-23-75860-13-7

Neuf

Roman

212 pages

16 x 10 cm

ISBN : 978-23-75860-13-7

Éditions Parole

Collection main de femme

Plus de détails

13,00 € TTC

En savoir plus

L’un après l’autre, ils quittent le vieux village pour descendre dans la vallée, là où gronde la rivière mais où la terre est plus généreuse. Si le chant de l’Asse attire famille après famille, il rappelle également que la rivière sait se mettre en colère et emporter bêtes et champs. Pélagie s’y refuse. « Raide comme un vieux tronc, maigre comme une pioche », elle reste plantée dans son vieux pays de rocailles, desséché par le soleil et le vent, et y fait sa soupe avec les herbes sauvages ramassées dans son tablier. C’est le quotidien d’un village du début de xxe siècle dont Maria Borrély fait le portrait. De toute la force poétique qui caractérise son œuvre, elle mélange gens, bêtes, saisons, travaux, soleil, eau et vent : « Dominant le concert de l’Asse, cors claironnant, clairons sonnant, s’élançait, par delà les montagnes au dos blanc, la troupe du grand vent dans le galop effréné de ses cavaliers. »

L'auteure :

Maria Borrély est la grande auteure de Provence qui parle de la vie et du travail dans le monde rural. Amie de Jean Giono, éditée par André Gide, pacifiste après la guerre de 14, résistante pendant celle de 40, elle nous a laissé peu de romans mais chacun contient une force et une poésie étonnante qui forment un des trésors de la littérature de haute Provence. Préfacé par Jean Giono et publié par la Nouvelle Revue Française (NRF / Gallimard) en 1931, Le dernier feu a reçu, à l’époque, des critiques chaleureuses. Aujourd’hui encore, il enchante le lecteur.

De la même auteure aux Editions Parole :

Les mains vides : mai 2017

La tempête apaisée : mai 2017

Sous le vent © 2009 - 3e édition : août 2014

Les Reculas © 2010 - 2e édition : août 2014

et dans la collection Le temps d’apprendre :

Maria Borrély La vie passionnée d’un écrivain de haute Provence de Paulette Borrély – août 2011