Attila et la magie blanche - Gilles del Pappas Agrandir l'image

Attila et la magie blanche - Gilles del Pappas

979-10-93160-17-7

Neuf

Roman d'aventure historique

140 mm X 205 mm 

332 pages

9791093160177

Editions Vanloo

Plus de détails

19,50 € TTC

En savoir plus

Attila, c’est le surnom de Marius Jacob anarchiste libertaire et cambrioleur qui, avec sa bande, pilla des centaines de villas bourgeoises dans toute la France. Ce livre raconte la naissance du mythe du cambrioleur qui inventa une méthode aussi rigoureuse que scientifique, idéal du fric frac, rigueur de l'anarchie. On trouve ici les années de jeunesse, le bonheur et le drame, entrelacs sublimes du destin d'Attila.

Présentation du livre :

Un matin de 1954, Marius Jacob se souvient de son passé, de son enfance à Marseille, de ses voyages, des camarades de la cause anarchiste qu’il épouse. Et puis de sa rencontre avec Rose, une jeune comédienne engagée par la Star Film de Georges Méliès et flanquée de Jean, un amnésique de deux mètres qu’elle accompagne sur la piste de sa mémoire perdue. À l’époque, l’insaisissable Marseillais signe ses coups « Attila ». Avec sa bande des Travailleurs de la nuit, il porte la cambriole au rang d’art, subtilisant leurs biens aux profiteurs d’un système qu’il dénonce. Dans ce roman d’aventures, les épisodes basés sur des faits réels (mais pas toujours) racontent aussi une histoire du cinéma, depuis l’âge des cavernes jusqu’à siècle de son invention. On y croise les acteurs, célèbres ou anonymes, d’un temps qui voit naître bien des combats qu’il ne faut pas abandonner tant qu’ils ne sont pas gagnés.

Présentation de l’auteur :


Né marseillais d’un père grec et d’une mère italienne, il est l’auteur d’une trentaine de romans. Le premier, « Le Baiser du congre » (Jigal), a inauguré les aventures de Constantin, dit « le Grec », un candide marseillais haut en couleur. Le magazine Lire (juin 2000) résume bien l’œuvre de Del Pappas, « une littérature policière sensuelle, où l’on mange et où l’on transpire dans la moiteur marine et les parfums lourds des villes écrasées par le soleil ».