Attila et la guillotine sèche - Gilles del Pappas Agrandir l'image

Attila et la guillotine sèche - Gilles del Pappas

979-10-93160-13-9

Neuf

Roman d'aventure historique

140 mm X 205 mm 

332 pages

9791093160139

Editions Vanloo

Plus de détails

19,50 € TTC

En savoir plus

Attila, c'est le surnom de Marius Jacob anarchiste libertaire et cambrioleur qui, avec sa bande, pilla des centaines de villas bourgeoises dans toute la France. Novateur, inventeur, homme libre, Marius Jacob servit de modèle au personnage d'Arsène Lupin. Ce livre raconte ses vingt-six années de bagne, ses multiples tentatives d'évasions, l'horreur du bagne de Cayenne déjà conçu comme un camp de concentration.

Présentation du livre :

Alexandre Marius Jacob accoste sur l'île du Salut le 13 janvier 1906. Après avoir fait rire la France entière lors de son procès, l'illégaliste va vivre vingt-six années d'enfer au bagne de Cayenne. Ce livre en est le récit.

La guillotine sèche, c'est le surnom de cette île où les forçats étaient décimés par les mauvais traitements et les maladies. On suivra les tentatives d'évasions de Marius, des parcours dramatiques ou heureux, brefs ou longs, comme autant d'odes à la liberté.

La fuite en Amazonie, la lutte contre les bandeirantes et les esclavagistes, la découverte des Indiens, la rencontre avec Blaise Cendrars, de nouvelles amours… La liberté retrouvée est l'occasion d'une nouvelle explosion de vie, aussi luxuriante que la nature, aussi dangereuse que la jungle.

Un roman d'aventures en forme d'hommage à l'écriture, à travers le personnage de Cendrars bien sûr, mais aussi des multiples figures qui ont fait de l'écriture et de la littérature cette formidable machine à libérer les hommes.

Présentation de l’auteur :

Né marseillais d’un père grec et d’une mère italienne, il est l’auteur d’une trentaine de romans. Le premier, « Le Baiser du congre » (Jigal), a inauguré les aventures de Constantin, dit « le Grec », un candide marseillais haut en couleur. Le magazine Lire (juin 2000) résume bien l’œuvre de Del Pappas, « une littérature policière sensuelle, où l’on mange et où l’on transpire dans la moiteur marine et les parfums lourds des villes écrasées par le soleil ».